imgarticle

1986 - 2019 : au sujet du mouvement lycéen en cours

publié le 13 décembre 2019

Depuis le début du mouvement lycéen lillois, la question de la casse et des violences semble diviser les lycéens en lutte. En 1986 déjà, la question de la division au sein des mouvements sociaux semblait exister, entre personnes ne partageant ni les mêmes formes de vies, ni les mêmes pratiques de lutte. De Devaquet à Delevoye, afin de faire vivre dans nos luttes celles qui nous ont précédé, nous repartageons ici le texte et la vidéo des Lascars du LEP Electronique. Groupe de lycéens n’en pouvant plus d’être exclus des mouvements sociaux traditionnels, les Lascars du LEP ont porté une critique politique forte et fine, tant vis à vis de la politique traditionnelle, que des sphères militantes ou de l’Ecole.
L’ensemble de leurs publications sont retrouvables ici.

« TOUT CE QUON NE CRITIQUE PAS DOIT ETRE CRITIQUÉ NOUS CRITIQUONS ! ETUDIANTS, hier nous étions dans la rue avec vous mais autant vous le dire tout de suite, la réforme “2 paquets” on s’en fout ! Pour nous la sélection a dejà joué, l’université nous est fermée, et nos C.A.P, nos B.E.P, nous mènent tout droit à l’usine apès un petit tour à l’ANPE. Pour nous la critique de la loi “2 baquets” est inutile ; Nous critiquons l’université, Nous critiquons les étudiants, Nous critiquons l’école, Nous critiquons le travail. L’école nous donne de mauvaises places, L’université vous donne des places médiocres, Ensemble critiquons les ! Mais ne nous-dites pas : “il faudra toujours des balayeurs, des ouvriers” ou alors allez-y les gars, ces places-là on vous les abandonne de bon coeur, ne vous génez pas ! ON N’EST PAS PLUS BETES QUE VOUS, ON N’IRA PAS A L’USINE ! Si vous critiquez la loi “2 laquais” qui ne fait qu’empirer une situation mauvaise, vous n’avez rien compris ! Du reste votre situation n’est pas de beaucoup meilleure que la nôtre. Une bonne partie d’entre-vous (60% paraît-il) abandonnera ses études avant le DEUG ; et ces “mauvais étudiants” auront droit aux mêmes boulots subalteernes et mal payés qui sont notre lot. Et quand aux “bons étudiants” qu’ils sachent que les places moyennes qu’ils auront (les bonnes c’est pas à l’université qu’on les trouve) ont beaucoup perdue de leur prestige et de leur pouvoir. Aujourd’’hui un médecin n’est plus un “MONSIEUR”, c’est un employé de la sécu. Et qu’est-ce qu’un professeur, un avovat ? Il y en a tant...! ETUDIANTS, si vous critiquez seulement la loi “2 caquets” et pas l’université, vous vous batterez seuls et la loi passera d’un coups ou par petits bouts, VOUS L’AUREZ DANS L’CUL ! Et, si par hasard elle ne passait pas, alors tout serait comme avant et la moitié d’entre vous se retrouverait dans les bureaux, VOS usines aseptisées. ETUDIANTS c’est vous qui êtes appelés à gérér cette société et nous à la produire. SI VOUS BOUGEZ, SI NOUS BOUGEONS, TOUT PEUT BOUGER. Mais si vous voulez seulement jouer les “apprentis Tapie”, si vous voulez seulement gérer loyalement cette société et devenir à moindres frais, éducateurs, assistantes sociales, animateurs, inspecteurs du travail, cadres , sociologues, psychologues, journalistes, directeurs du personnel ; pour demain nous éduquer, nous assister, nous animer, nous inspecter, nous informer, nous diriger, nous faire bosser... ALLEZ VOUS FAIRE FOUTRE ! mais si vous voulez, pour commencer, critiquer le système scolaire qui nous exclut, et vous abaisse, si vous voulez lutter avec nous, contre la ségrégation sociale, contre la misère, la vôtre et la nôtre, alors... FRERES, AVEC NOUS, ON VOUS AIME !!! »

Suivez nous sur :

twitter youtube